FAQ
Une pompe à chaleur récupère des calories dans le milieu extérieur (air / eau) grâce à un évaporateur.
Un liquide frigorifique, qui atteint son point d'ébullition à basse température, s’évapore et achemine ces calories vers un compresseur.
La vapeur produite est compressée avant d’être envoyée dans un condenseur qui va alors transmettre sa chaleur à l’installation de chauffage ou d’eau chaude sanitaire de l’habitation.
En fin de circuit, un détendeur réduit la pression de la vapeur, se refroidit et finit par s'évaporer à l’extérieur.
Économique et écologique, la pompe à chaleur est une des solutions répondant à ces deux critères.

Elle s’adapte facilement à une installation de chauffage existante en respectant certaines règles et permet de chauffer les radiateurs, le plancher chauffant et/ou l’eau sanitaire d’une habitation.

La pompe à chaleur est donc une solution performante pour capter et produire de la chaleur tout en apportant une efficacité énergétique et un gain économique.
La pompe à chaleur par géothermie consiste à prélever de la chaleur dans le sol pour ensuite assurer le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire d’une habitation.
Cette méthode se décline sous deux formes : captage horizontal et vertical.

En optant pour un captage vertical, seulement quelques mètres carrés de jardin sont nécessaires. En effet, il s’agit ici de réaliser un forage. Cela consiste à installer deux capteurs très profondément dans le sol (une centaine de mètres) afin de prélever les calories qui y sont présentes.
Une déclaration auprès de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et une autorisation délivrée par la mairie sont nécessaires pour réaliser le forage vertical.

En optant pour un captage horizontal, une surface de terrain bien plus importante sera nécessaire. En effet, cette installation requiert une surface équivalente à une fois et demie ou à deux fois la surface de la maison à chauffer. Cette méthode de captage au sol consiste à installer des capteurs à faible profondeur, moins d’un mètre vingt de profondeur et les disposer en serpentins sur toute la surface requise.
Une demande d’autorisation auprès de la mairie est nécessaire pour débuter les travaux.
Les travaux de géothermie consistent à puiser des calories dans le sol et les redistribuer sous forme de chaleur dans l’habitation afin d’assurer le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.

La captage vertical au sol se fait par la pose de capteurs verticaux ou de sondes verticales en profondeur dans un puits d’une centaine de mètres. Des calories sont puisées dans le sous-sol, elles sont ensuite transmises à la pompe à chaleur qui va les distribuer dans le système de chauffage de l’habitation.
Ce captage au sol ne présente pas de contraintes particulières. Le forage n’occupe qu’une petite partie de la surface du terrain et n’exige pas l’exposition au soleil. Les calories étant puisées à une centaine de mètres de profondeur, les conditions climatiques ne sont pas importantes quant à la faisabilité des travaux.

Le captage horizontal au sol est plus contraignant. En plus d’une grande surface au sol nécessaire, de nombreuses obligations doivent être prises en compte pour un rendement optimal. Le coefficient de performance étant similaire à celui d’une PAC air/eau, la réalisation d’un captage horizontal est donc moins intéressante que l’installation d’une pompe à chaleur par aérothermie.
Un système de climatisation fonctionne sur le même principe qu’un réfrigérateur. Il absorbe la chaleur présente dans l’air et la rejette vers l’extérieur. Sur le même principe que la PAC, la climatisation fonctionne sur un circuit fermé avec un évaporateur, un compresseur, un condenseur et un détendeur.
Un poêle à bois permet de chauffer une ou plusieurs pièces par une diffusion rapide de la chaleur. Sa taille est conditionnée par le volume du logement à chauffer. Il se rapproche fortement de la cheminée dans son utilisation et dans l’ambiance qu’il crée.
L’entretien du poêle à bois doit être fait de manière régulière. Un ramonage doit être effectué avant l’utilisation et une fois en cours de saison de chauffe. L’évacuation des cendres et le nettoyage extérieur comme intérieur du poêle doit également être fait plusieurs fois au cours de son utilisation.

Un poêle à granulés permet de diffuser une chaleur constante et homogène sur une plus longue période. Grâce à son large réservoir, une seule charge de combustibles sera nécessaire pour un fonctionnement allant de quelques heures à plusieurs jours en fonction de l’utilisation qui en est faite. Autonome et programmable, son utilisation il peut se mettre en marche tout seul contrairement au poêle à bois.

Les deux types de poêles nécessitent au minimum un ramonage par an et un entretien régulier.
Le poêle à granulés, quant à est plus performant et autonome que le poêle à bois.

Énergie de demain vous propose ses services d’entretien et de maintenance du matériel.
Pour un chauffage continu, le poêle à bois doit être régulièrement alimenté grâce à des bûches stockées à l’abri de la pluie, dans un lieu ventilé et aéré. Un espace de stockage couvert à l’extérieur reste l’idéal.

L’approvisionnement du poêle à granulés est moins contraignant. Les pellets, conditionnés en sac, sont placés dans un réservoir qui chargera automatiquement le foyer dès que besoin. Les contraintes de stockage et de manutention sont donc moindres.
Bien que l’installation de panneaux solaires permet de faire des économies d’énergie, il faut tout de même différencier le solaire thermique du solaire photovoltaïque.

De son côté, le solaire thermique transforme le rayonnement solaire en chaleur pour produire de l’eau chaude sanitaire et le chauffage du logement.
Les panneaux solaires thermiques se divisent en deux systèmes : le chauffe-eau solaire et le système solaire combiné.

En ce qui concerne le solaire photovoltaïque, la lumière du rayonnement solaire est transformée en électricité.
Pour réaliser une installation panneaux solaires, l’inclinaison et l’orientation ont un rôle majeur. Entre 30 et 60° d’inclinaison, le rendement énergétique sera optimal. L’orientation plein sud permet de capter au mieux le rayonnement du soleil et produire un maximum d’énergie.

Une orientation Est et/ou Ouest peut également être une solution de production en adéquation avec ses besoins, qui évite donc le pic de production en début d’après-midi.
La surface nécessaire des capteurs solaires correspond en moyenne de 1 à 1,5 m² par personne et varie en fonction des besoins des occupants et des éventuelles masques solaires.
L’énergie solaire thermique consiste à produire, à partir du rayonnement du soleil, de la chaleur et de l’eau chaude.

Un fluide caloporteur circulant dans les panneaux solaires thermiques capte les calories du rayonnement solaire (grâce aux UV). Ainsi réchauffé ce fluide transfère ces calories dans le système de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

Néanmoins, un système de chauffage d’appoint est nécessaire pour couvrir la totalité des besoins lorsque le rayonnement solaire est insuffisant. Le système solaire combiné doit donc être couplé avec un système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire déjà existant.
Le chauffe-eau solaire va quant à lui permettre de produire uniquement de l’eau chaude sanitaire. Un système d’appoint est aussi nécessaire pour prendre le relais des panneaux solaires lors des périodes de faible ensoleillement et assurer la production d’eau chaude.
fr_FRFrench