Sep 03, 2010 Services + 0 comment

LEXIQUE

Aérothermie

L’air qui nous entoure représente une masse thermique et un potentiel énergétique élevé car il est possible de puiser les calories de cet air et grâce à une pompe à chaleur Air/Air ou Air/Eau de chauffer avec un rendement important une pièce, une construction…. Si l’on chauffe avec une PAC (pompe à chaleur) Air/air, on puisera les calories de l’air extérieur et on les amplifiera pour chauffer l’air intérieur d’une ou plusieurs pièces. Si l’on puise les calories de l’air extérieur et l’on amplifie cette chaleur pour la transmettre à un circuit d’eau chaude de chauffage, alors on parlera de PAC Air/Eau. Dans tous les cas, il s’agit d’Aérothermie.


Capteur enterré

Réseau de tubes enterrés dans un terrain et permettant de prélever l’énergie naturelle de la terre.

Capteurs horizontaux

Dans les systèmes de géothermie, l’énergie du sol est captée par des capteurs ou serpentins déroulés horizontalement dans le sol. Ces capteurs réalisés le plus souvent en tubes plastiques sont irrigués par un circuit d’eau qui va capter les calories de la terre pour les envoyer vers un échangeur ou évaporateur d’une pompe à chaleur (PAC).

Capteurs verticaux

Par différenciation avec les capteurs horizontaux (cf définition), les capteurs verticaux fonctionnent sur exactement le même principe: ils captent via un circuit hydraulique l’énergie du sol par des capteurs installés à la verticale. Cette énergie gratuite est envoyée vers une PAC qui l’amplifie le plus souvent par 3 voire plus au bénéfice d’un système de chauffage. L’installation de capteurs verticaux nécessite une connaissance et une reconnaissance du sol. Ils impactent moins sur la surface d’un jardin ou d’un terrain.

Capteur solaire thermique

Un capteur solaire (ou panneau solaire) est un élément d’une installation solaire destiné à recueillir l’énergie solaire pour le convertir en énergie thermique et le transférer à un fluide caloporteur (air, eau) ou en énergie électrique.
On distingue donc deux types de capteur solaire: le capteur solaire thermique et le capteur solaire photovoltaïque.

Capteur solaire photovoltaïque

Un panneau solaire photovoltaïque est un assemblage de cellules photovoltaïques destiné à produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire; il est également appelé module photovoltaïque.

Chauffe-eau solaire

Le chauffe-eau solaire est l’application de l’énergie solaire la plus répandue et la plus rentable.
Sa conception est simple et les économies d’énergie se retrouvent rapidement dans la consommation d’eau chaude sanitaire qui peut être assurée quasiment toute l’année.
Un appoint d’énergie électrique est toutefois nécessaire, la résistance électrique ne fonctionnant que lorsque la température du ballon solaire chute. L’installation du chauffe-eau solaire donne droit à des subventions sous forme de crédit d’impôt.

CESI est l’abréviation de chauffe-Eau Solaire Individuel.
Le chauffe-eau solaire individuel est un équipement robuste et fiable.
Il comprend des capteurs solaires (placés le plus souvent en toiture), et un ballon de stockage (installé à l’intérieur de la maison).
Pour relier capteurs et ballons, une tuyauterie calorifugée assure la circulation d’un liquide caloporteur.
Pour compléter le système, les chauffe-eau solaire sont associés selon les modèles à un échangeur intégré au ballon, une régulation, un circulateur et un dispositif de chauffage d’appoint.

Circuit frigorifique
Circuit fermé contenant un fluide frigorigène. Les 4 constituants principaux du circuit frigorifique sont le compresseur, le condenseur, le détendeur et l’évaporateur.

Climatisation réversible

Conçue au départ pour rafraîchir une pièce ou une habitation, la climatisation s’est perfectionnée et fonctionne aussi comme un chauffage à part entière grâce au système réversible.

Collecteur
Accessoire de répartition permettant le réglage des différents circuits d’un plancher chauffant.

Compresseur
Composant mécanique de la pompe à chaleur dans lequel le fluide frigorigène est comprimé afin d’élever la température pour transmettre l’énergie prélevée dans l’air à l’émetteur (radiateur, plancher chauffant, unité murale, console, …)

Condensation
Changement d’état du fluide frigorigène qui passe de l’état gazeux à l’état liquide en cédant de l’énergie dans un milieu à chauffer.

Condenseur
Echangeur dans lequel le fluide frigorigène se condense.

C.O.P. – Coefficient de performance
Ce coefficient traduit la performance énergétique d’une pompe à chaleur. Il est calaculé en faisant le rapport entre la puissance produite par la pompe à chaleur et la puissance électrique consommée par la compresseur. Il mesure l’efficacité du générateur.
Un COP de 3,7 permet de dire qu’un générateur fournit 3,7 fois plus d’énergie qu’il n’en consomme.

Degrés-jours (DJU)
Somme des produits “écart de température x nombre de jours à cette température” et caractérisant la rigueur d’un climat.

Déperditions

Puissance à fournir à un logement à une température extérieure donnée pour maintenir une température ambiante déterminée.
Ensemble de pertes de chaleur d’une maison, en général :
– 30 % par le toit,
– 15 % par les murs,
– 15 % par les portes et fenêtres,
– 15 % par le sol,
– 20 % par renouvellement d’air
– 5 % par les ponts thermiques

Détendeur
Régulateur du débit de fluide frigorigène dans le circuit frigorifique.

Détente directe
Capteur enterré en tube cuivre gainé de polyéthylène, formant l’évaporateur et dans lequel circule le fluide frigorigène.

Dimensionnement

Détermination de l’ensemble de l’installation (puissance de la pompe à chaleur, dimension de l’émetteur de chaleur, volume du ballon tampon …)


Eau de nappe phréatique

Eau contenue dans le sous-sol, en général à une température de 10 à 14°C, et remplaçant dans certains cas, le capteur enterré.


Eau glycolée

Eau mélangée avec un antigel à base de glycol remplissant un capteur enterré, permettant le refroidissement du sol à des températures négatives.


Eau-eau

Système prélevant l’énergie dans l’eau de la nappe phréatique, d’un capteur horizontal ou de sondes thermiques et utilisant un chauffage à eau chaude dans la maison.

Échangeur de chaleur

Équipement permettant à un fluide de céder ses calories ou bien d’en absorber. Dans une pompe à chaleur il existe deux types d’échangeur de chaleur : le condenseur et l’évaporateur.

Electricité photovoltaïque

Les panneaux photovoltaïques transforment l’énergie solaire (les photons) en courant électrique (les électrons). La puissance issue du capteur est proportionnelle à l’intensité lumineuse. Le courant produit doit ensuite être transformé par un onduleur en courant alternatif afin d’alimenter les appareils électriques. (L’onduleur sert aussi à supprimer les variations d’intensité dues aux intermittences du soleil.) Pour le stockage, il faut repasser en courant continu. C’est le rôle du redresseur. L’électricité est ensuite stockée dans des accumulateurs, qui assurent jusqu’à une semaine d’autonomie.

Émetteurs

Emetteur est le nom donné à un terminal de chaleur comme un radiateur, un ventilo-convecteur, un plancher chauffant . C’est l’émetteur qui “émet” la chaleur. On parle également de rendement d’émission. A titre d’exemple, un panneau rayonnant aura un meilleur rendement d’émission qu’un convecteur à sortie d’air verticale où la chaleur est certes émise mais mal utilisée dans la pièce. A contratio un plancher chauffant bien conçu sera l’émetteur le meilleur en terme de rendement d’émission.

Etude Thermique
Étude détaillée des caractéristiques thermiques d’un logement (isolations, épaisseur des murs, surfaces et orientation des vitrages …)  afin de déterminer ses déperditions et donc la puissance du système de chauffage à installer.


Evaporateur

Echangeur dans lequel le fluide frigorigène s’évapore.


Evaporation

Changement d’état du fluide frigorigène qui passe de l’état liquide à l’état gazeux en prélevant de l’énergie dans un milieu à refroidir.


Fluide frigorigène

Fluide caloporté à travers la pompe à chaleur, les tubes frigorifiques et les émpetteurs, pour  permettre les transferts de chaleur d’un milieu à refroidir vers un milieu à chauffer. Il est choisi pour sa capacité à se vaporiser et se condenser à température ambiante.

Garantie décennale

La garantie décennale est une garantie obligatoire supportée par tous les intervenants à l’acte de construire. Elle couvre tous les vices de construction compromettant la solidité de l’ouvrage ou le rendant impropre à sa destination pendant 10 années à compter de la réception. Cette garantie couvre également tous les dommages qui affectent la solidité des éléments d’équipements indissociables du bâtiment. Cette garantie est valable pendant 10 ans à compter de la réception.

Gel
Marque seulement le changement d’état de l’eau en glace. On peut toutefois enlever de la chaleur à la glace, jusqu’à -273,15°C (valeur du zéro absolu).

Géothermie

La géothermie est un mode de chauffage utilisant l’énergie de la terre et du sous-sol. Si l’énergie est captée dans le sol via des capteurs horizontaux ou verticaux, le vocable employé est géothermie. Si l’énergie est captée dans l’eau chaude ou froide présente dans les nappes du sous-sol, on parle également d’aquathermie. Si l’énergie de la nature n’est plus l’eau mais l’air, le vocable géothermie est remplacé par aérothermie. Quand les sources du sous-sol sont chaudes, alors un simple échangeur est intercalé pour le chauffage géothermal. Dans les autres cas, la géothermie utilise des sources plus fraîches ou la chaleur relative de la terre : des pompes à chaleur utilisent cette chaleur et l’amplifient. On parle de pompes à chaleur géothermales.

Groupe extérieur

Élément qui se trouve à l’extérieur pour l’Aérothermie Air/Air ou Air/Eau et dans lequel se passe le premier échange de calories entre l’air et le fluide frigorigène par le biais de l’évaporateur.

Inversion de cycle
Dispositif permettant de prélever l’énergie à l’intérieur de la maison puis de l’évacuer vers l’extérieur (dans le sol pour la géothermie, dans l’air pour l’aérothermie).

Multisplit

Contrairement au climatiseur monosplit qui ne dispose que d’une unité intérieure pour une unité extérieure, le climatiseur multisplit permet d’installer plusieurs unités intérieures sur une seule unité extérieure.
On parle de bisplit avec deux unités intérieures, de trisplit, de quadrisplit…au delà, (pour plus d’unités intérieures) on fait appel à des climatiseurs à eau-glacée ou des systèmes de climatiseurs à réfrigérant variable.

PAC

Pompe à chaleur ou PAC est un équipement à technologie frigorifique produisant de la chaleur à partir d’un milieu naturel où l’énergie est « pompée » et abondante : air, eau de nappe, eau de mer, eu de rivière sol, sous-sol, … Les PAC ou pompes à chaleur sont donc de plusieurs type : PAC air-air, PAC air-eau, PAC sol-eau, PAC eau-eau, …La pompe à chaleur fonctionne grâce à un compresseur électrique intégré dans le circuit frigorifique chargé de fluide frigorigène. La PAC est caractérisée par son rendement appelé COP, coefficient de performance énergétique. La PAC est l’élément central d’installations de géothermie ou d’aérothermie et fait donc parti de systèmes dits à énergie renouvelable.

Pompe à chaleur AIR/AIR

La pompe à chaleur récupère la chaleur de l’extérieur et la transfère à un niveau de température plus élevé dans l’air ambiant du logement.
La pompe à chaleur est généralement installée en extérieur. Attention car le COP ou le rendement chute cruellement quand la température extérieure descend en dessous de –5°C. Selon les régions, la température extérieure de base en hiver peut atteindre –15°C comme à Strasbourg, et il est donc indispensable soit d’opter pour du matériel de qualité prévu pour, soit prévoir un appoint complémentaire : résistance élec, bois, …, qui ne sera sollicité que lorsque les températures deviendront négative (inf. à 0°C).
Les rendements des pompes à chaleur air/air sont donc d’autant plus faibles que la température extérieure chute et est négative.
Le COP de 3 n’est atteint qu’à partir de 7°C par exemple, alors qu’il chute à 1,5 voire moins pour des températures négatives.

Pompe à chaleur AIR/EAU

La pompe à chaleur récupère la chaleur de l’extérieur et la transfère à un niveau de température plus élevé dans le circuit d’eau chaude de l’installation du chauffage.
La pompe à chaleur est généralement installée en extérieur. Le COP chute quand la température extérieure descend vers des températures extérieures faibles et inférieures à zéro. Un appoint complémentaire : élec, bois, …, sera sollicité lorsque les températures deviendront négative (inf à 0°C).
La pompe à chaleur équipe généralement tout un logement (groupe de pièces) et se présente sous la configuration d’un système centralisé avec une unité extérieure qui absorbe les calories de l’air, et les transmet avec la puissance du compresseur en chaleur à un circuit d’eau chaude. Les pompes à chaleur génèrent de l’eau dite à basse température, soit voisine de 50°C au maximum. De ce fait, elles sont particulièrement adaptées à des circuits basse température comme les planchers chauffants. A contrario, alimenter avec seulement une pompe à chaleur un circuit de radiateurs communément calculé à 90°C poserait des problèmes de manque de chauffage aux températures extérieures les plus froides. Un complément par résistance électrique, bois, ou chaudières fioul ou gaz est alors nécessaire pour écrêter les pointes hivernales.

Pompe à chaleur EAU GLYCOLEE/EAU

Pompe à chaleur EAU glycolée/EAU : c’est la solution technique de géothermie sol/eau la plus maîtrisée car elle comporte côté terrain des capteurs avec un circuit d’eau glycolée et côté utilisation un circuit d’eau également : plancher chauffant ou chauffage central basse température.
Rappelons que la pompe à chaleur EAU/EAU est un matériel standard qui génère les meilleurs rendements COP.

Pompe à chaleur EAU/EAU

La pompe à chaleur eau/eau utilise comme source de prélèvement l’eau de nappe phréatique. Même en hiver, la température se situe entre +10°C et +12°C, température suffisante pour alimenter une PAC pour le chauffage d’une maison, d’un immeuble.
Il faut savoir que de très nombreux immeubles situés dans des zones des plus froides, comme par exemple à Strasbourg où la température extérieure de l’air est prise à –15°C, utilisent cette technique avec captage et rejet dans la nappe phréatique, et ce depuis de nombreuses années, avec des rendements et COP très intéressants (COP sup. à 3).
Le fonctionnement en climatisation utilise également l’eau de nappe, qui avec un cycle inverse de la pompe à chaleur, provoque un léger réchauffement de l’eau de nappe en été. Avec des rendements excellents, et bien supérieurs aux rendements obtenus avec une technologie AIR/EAU ou AIR/AIR.
Du côté de la maison ou de l’immeuble, la pompe à chaleur se raccorde sur un circuit de chauffage à basse température avec des émetteurs types planchers chauffants, radiateurs basse température, … Il n’est pas indispensable de remonter la température d’eau chaude des circuits de chauffage si les émetteurs sont dits à basse température, car les COP, coefficients de performance, sont encore très bons du fait du niveau de température de l’eau dans lequel on puise les calories.
L’installation de la PAC s’effectue dans un local technique, (cave et sous-sol par exemple). Il est nécessaire de creuser deux puits, un de captage et un de rejet, ou bien un puits regroupant captage et rejet d’eau. Dans le premier puits, dit puits d’aspiration, la PAC pompe l’eau pour absorber ses calories et dans le second, dit puits de restitution, elle rejette l’eau refroidie (et réchauffée en été) dans la nappe.

Paroi froide
Dans un local chauffé, la paroi froide est une paroi dont la température est inférieure à la température du local. Le plancher chauffant permet de supprimer la seule paroi froide avec laquelle les occupants d’une maison sont en contact.

Plancher basse température
Plancher chauffant caractérisé en ce que la température du sol est comprise entre 22 et 25° avec un maximum de 28°.

Plancher chauffant-rafraîchissant

Un plancher chauffant-rafraîchissant est un système de chauffage et de climatisation de l’habitat qui présente l’intérêt d’utiliser une pompe à chaleur réversible pour produire indifféremment du chaud en hiver et du frais en été.
La température de ce type de plancher doit disposer d’une régulation afin de ne jamais atteindre le point de rosée lors du fonctionnement froid en été.
Ce type d’installation de chauffage et de climatisation peut être couplé avec un plafond rafraîchissant qui présente les mêmes avantages pour augmenter encore le confort.

Production d’eau chaude sanitaire

La production d’eau chaude sanitaire est toujours séparée de la production d’eau chaude d’un circuit de chauffage même si le générateur peut être le même pour les deux circuits (chaudière à double service).

La production d’eau chaude sanitaire fait appel à un préparateur d’eau chaude sanitaire qui peut être à accumulation (avec ballon d’eau chaude sanitaire) ou instantanné selon le cas.

Puissance nominale

La puissance nominale d’une chaudière par exemple est la puissance délivrée en Watt (W) dans des conditions nominales, par exemple en régime de température 80/60°C. De même pour la fourniture d’eau chaude sanitaire, … La chaudière peut délivrer au-delà de sa puissance nominale une puissance maximale. En terme de sélection de matériel, la puissance nominale sera le critère retenu.


Rafraîchissement

Abaissement modéré de la température, obtenu par circulation d’eau rafraîchie dans un plancher chauffant-rafraîchissant.

Régulation de zone
Dispositif permettant de régler la température d’une zone ou ensemble de pièces, sans possibilité de réglage individuel par pièce (sol-sol).


Régulation par pièce

Dispositif permettant de régler la température pour chaque pièce, individuellement, sans influence sur la température d’autres pièces (sol-eau et eau-eau).

Solaire thermique

Le solaire thermique, en comparaison avec le solaire photovoltaïque, représente les systèmes à énergie solaire fonctionnant avec de l’eau chaude. Exemple, les CESI (chauffe-eau solaire individuel). Le solaire thermique est la solution solaire adaptée au chauffage à eau chaude et à la production d’eau chaude sanitaire. Il fonctionne grâce aux panneaux solaires associés à l’installation de chauffage ou de production d’ECS à eau chaude, via une station solaire, un ballon intermédiaire …

Scroll
Technologie de compresseur à haut rendement constitué de deux spirales concentriques supprimant le piston, la bielle, les clapets….

Sol-eau
Système utilisant un capteur horizontal à détente directe et un chauffage à eau chaude dans la maison.


Sol-sol

Système utilisant un capteur horizontal à détente directe et un plancher chauffant contenant du fluide frigorigène circulant dans la maison.

Sonde ou antenne thermique
Ensemble de tubes en polyéthylène disposés dans un ou plusieurs forages d’une profondeur de 70 à 100 m. Chaque mètre de forage capte 50 Watts.


Température extérieure de base

Température minimale quotidienne mesurée au minimum cinq fois au cours d’un hiver. C’est la température qui permet de calculer la puissance à installer.


Thermodynamique

Partie de la physique traitant des relations entre les phénomènes thermiques et mécaniques.

TVA à 5,5%

Le taux de T.V.A. est réduit à 5.5% au lieu de 19.6% lorsque le particulier réalise des travaux d’entretien ou d’amélioration de sa maison ou de son appartement. Le taux réduit s’applique à la fois sur les matériaux et la main d’oeuvre. Cette mesure fiscale est valable jusqu’au 31 décembre 2010.

Zéro absolu
C’est -273,15°C et c’est seulement à cette température qu’il n’y a plus de chaleur.